Unsere Webseite verwendet Cookies (kleine Textdateien, die sie auf Ihrem Rechner ablegt); dadurch bleibt die Seite für Sie möglichst leicht zugänglich und komfortabel. Näheres finden Sie in unserer Datenschutzerklärung. Sie können in den Einstellungen Ihres Browsers bestimmen, ob er Cookies akzeptiert oder nicht. Wenn Sie auf unserer Seite weitersurfen, stimmen Sie der Cookie-Nutzung zu.

Autel portatif de Saint André

L´autel Portatif  de Saint André cache une semelle de l´Apôtre. Cet écrin, qui fut créé sous l´archevêque Egbert, au prix d´ un immense investissement matériel et artistique, représente une des œuvres majeures des Arts précieux  du 10ème siècle.

Grâce à une donation de l´Impératrice Hélène, la Cathédrale de Trèves n´était pas seulement en possession d´importantes reliques du Christ, elle possédait aussi celles de deux apôtres,  la férule de Saint Pierre (aujourd´hui Trésor de la Cathédrale de Limburg), deux maillons des Chaînes du Prince des Apôtres et une sandale de l´ Apôtre Andreas.

Ce saint jouissait d´une estimation toute particulière sous Egbert (977-993), et celui-ci fit construire en son honneur la Chapelle de Saint André, côté nord de la Cathédrale, destinée à y être enseveli après sa mort.

L´orfèvre de Trèves devait allier deux genres classiques liés aux Arts précieux : un reliquaire, plus précisément un reliquaire représentatif et un autel portatif. Il résolut la première tâche en confectionnant un riche coffre en bois de chêne rectangulaire, sur lequel  on avait fixé une représentation travaillée en feuille d´or du pied de l´Apôtre. Elle signale que dans ce reliquaire repose la sandale du Saint. Les lacets de la sandale sertis de pierres précieuses soulignent ce message.

D´autre part, l´orfèvre devait fabriquer un autel portatif, comme ceux qui accompagnaient les empereurs, les rois et les évêques  lors de leurs voyages et qui servaient, comme à la maison, à la célébration de la messe.

Cette fonction est soulignée sur l´Autel de Saint André par une plaque millefiori (verre mille Fleurs) apposée sur le haut et dont l´inscription mentionne que l´autel  portatif est dédié à Saint André .Des anneaux en forme de lions placés aux pieds et en haut de l´autel ont vraisemblablement permis de pendre l´autel ou de le transporter lors de processions. De plus le couvercle coulissant pouvait être ouvert et permettre ainsi de montrer les reliques.

Les décorations des quatre faces sont la preuve d´un investissement artistique et matériel  exceptionnel. Sur les grands côtés sont fixées des plaques en ivoire représentant chacune les symboles des Évangélistes et des lions. Ces plaques sont ornées de bandes serties d´émaux de plique, de pierres précieuses et de perles. Les deux faces frontales sont décorées de façon encore plus exceptionnelle : sur le devant on reconnait deux croix de saint André serties de perles, l´arrière montre en son centre un médaillon serti de perles et d´almandin, avec au milieu une pièce d´or de l´Empereur Justinien 1er.

Du point de vue de l´histoire de l´Art l´Autel portatif de saint André constitue un chef d´œuvre de l´orfèvrerie romane, réunissant pratiquement toutes les techniques connues au 10ème siècle. Il est de plus un compendium de l´histoire du Salut, qui réveille des associations avec l´Arche d´Alliance et accentue l´unité des quatre évangélistes en Jésus. Il souligne en plus l´importance de l´ Église de Trèves, en sa longue histoire et son passé apostolique. Et enfin il nous rappelle le nom de son créateur,  l´archevêque Egbert, dont les successeurs se devaient d´honorer le souvenir, lorsqu´ils lisaient la messe à l´autel portatif ou rendaient visite à la Chapelle.

Prof. Dr. Wolfgang Schmid